On parle de nous !

 

Vous retrouverez dans cette rubrique tous les articles référencés des journaux ayant publié sur l'Association pour la Sauvegarde des Oies Poitevines. 

 

 

Le 25 novembre 2018 à 09:14

Ils veulent préserver l'oie blanche du Poitou - Ouest France

Ils veulent préserver l'oie blanche

ASOP Association pour la Sauvegarde des Oies Poitevines

Le 16 novembre 2018 à 19:48

L'oie poitevine réhabilitée - Nouvelle république

Logo nouvelle républiquePublié le | Mis à jour le 

Des éleveurs passionnés et une association ont entrepris la sauvegarde de deux races : l’oie blanche du Poitou et l’oie grise du Marais poitevin.

Précisons que si les oies se ressemblent, les oies poitevines représentent un cheptel particulier avec deux variétés : l’oie grise du Marais poitevin et l’oie blanche du Poitou. Une association, qui était malheureusement en sommeil s’est intéressée à ce palmipède. Aujourd’hui elle s’est fixé plusieurs objectifs. « Tout d’abord pérenniser le cheptel et définir des critères de race », comme l’a précisé Richard Joseph, technicien au Parc. « Beaucoup de choses sont dites sur l’oie, son caractère agressif, ce qui paraît faux pour certains. Son attitude serait plutôt interrogative, considérons-les plutôt comme des animaux vigilants. » Le poids adulte de l’oie varie de 5 à 7 kg.
Pour les passionnés d’oies, l’essentiel est de sauvegarder les derniers rameaux de race pure disponibles. Il s’agit tout particulièrement de différencier les espèces, les critères raciaux, et définir le phénotype (ensemble des caractères apparents d’un individu), afin d’obtenir une hérédité réelle de ces oies. C’est donc là tout le travail effectué par des passionnés et des associations, à la recherche de cette race type pour relancer une production consciente des critères génétiques authentiques. 
 
Oie blanche du Poitou. Une race renommée pour la délicatesse de sa chair, de ses plumes et son duvet. La femelle couve une douzaine d’œufs, les oisons (pirons) naissent avec un duvet jaune. Le plumage est d’un blanc immaculé, brillant comme du satin. Ces animaux sont élevés en semi-liberté, si une pièce d’eau est contiguë à un enclos, on a là les conditions requises. 
 
Oie grise du Marais poitevin. Très présente dans le sud Vendée et en Deux-Sèvres, cet oiseau est l’héritier d’une pratique d’élevage. Celle-ci a trouvé un terrain idéal dans les pâturages de marais séculaire. Elle est devenue très rare aujourd’hui. Cet élevage extensif est une des caractéristiques des prairies humides. Plus petite que sa sœur l’oie blanche, elle doit être sauvegardée d’urgence.
 
L'article en question : La Nouvelle république, "l'oie poitevine réhabilitée", 12 avril 2018, Disponible à l'adresse : https://www.lanouvellerepublique.fr/deux-sevres/commune/coulon/l-oie-poitevine-rehabilitee
 

ASOP Association pour la Sauvegarde des Oies Poitevines

Le 04 juin 2018 à 18:22

Les oies s'invitent à la ferme du Marais - Ouest France

Logo OuestFrance

Publié le 04/06/2018

L'oie grise du Marais et l'oie blanche du Poitou ont failli disparaître. Pour maintenir des effectifs, apporter des conseils aux éleveurs, développer les élevages et promouvoir les oies blanches et grises, l'Association de sauvegarde des oies poitevines (Asop) oeuvre pour perpétuer cette race poitevine que sont l'oie grise du Marais poitevin et l'oie blanche du Poitou.

Avec l'Asop, des éleveurs passionnés ont entrepris leur sauvegarde. Demain, à partir de 17 h 30, dans le cadre du Printemps bio 2018, ils seront présents à la ferme bio de l'écurie du Marais avec l'association pour le maintien de l'agriculture paysanne (Amap) Du pré au panier, à l'initiative de la manifestation.

Au programme, à 17 h 30, la visite guidée de la ferme et de son environnement avec la Ligue pour la protection des oiseaux, suivie d'une distribution festive. À 18 h 30, une présentation de l'Amap et une distribution des paniers bio en présence des producteurs sont prévues. L'occasion pour les visiteurs et amapiens d'échanger sur le fonctionnement d'une Amap, autour d'une dégustation découverte des produits proposés par l'association.

Mardi 5 juin, événement autour de l'oie grise du Marais et l'oie blanche du Poitou, ferme bio de l'écurie du Marais, rue du Port Grenouillet, à partir de 17 h 30.

L'article en question : Ouest France, Les oies s'invitent à la ferme du Marais, 4 juin 2018, Disponible à l'adresse : https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/benet-85490/les-oies-s-invitent-la-ferme-du-marais-le-5-juin-5806232?fbclid=IwAR22zJClk_4ciDh3o8Vu7uu_EoLCGlDKRfPHlcSM5hmL03nnoCU6tAfTh-A

 

ASOP Association pour la Sauvegarde des Oies Poitevines

Le 04 juin 2018 à 18:15

Les oies s’invitent à la ferme bio du Marais - La Nouvelle République

Publié le | Mis à jour le 

Pour maintenir des effectifs, apporter conseils aux éleveurs, développer les élevages et promouvoir les oies blanches et grises du Poitou, Mauve Ménard et Christian Giral, deux éleveurs passionnés, ont, avec l’Association de sauvegarde des oies poitevines (AOP), entrepris de les protéger. Mardi 5 juin, ils seront présents à la ferme bio du Marais où, dans le cadre du Printemps bio en Pays de la Loire, l’Association pour le maintien de l’agriculture paysanne (Amap) Du pré au panier, organisatrice de la manifestation, sera accueillie à Sainte-Christine par Mauve Ménard, animatrice nature et paysanne à la ferme du Marais pour une visite, suivie d’une distribution festive. Programme : à 17 h 30, découverte de la ferme et de son environnement avec la LPO. A 18 h 30, présentation de l’Amap, distribution des paniers bio et échanges avec les producteurs et visiteurs sur le fonctionnement d’une Amap, autour d’une dégustation-découverte de ses produits.
Amap Du pré au panier, Anne Le Fol, au 06.24.77.30.63 ou Mme Baudry-Loigerot, au 06.10.05.47.56. Site : dupreaupanier85.emonsite.com, dupreaupanier@gmail.com

L'article en question : La Nouvelle République, Les oies s'invitent à la ferme du Marais, 4 juin 2018, Disponible à l'adresse : https://www.lanouvellerepublique.fr/actu/les-oies-s-invitent-a-la-ferme-bio-du-marais?fbclid=IwAR3_athkeM0XpCAiRW4qPXGshpnI1a7S7exkyAE3eEx8-IVeyhcv4DNat7Q

 

ASOP Association pour la Sauvegarde des Oies Poitevines

Le 04 février 2015 à 19:34

Menacés, ces animaux ont failli disparaître - Sudouest

Logo Sudouest

Publié le  par Thomas Brosset.

Ce sont des races emblématiques de notre territoire. Saurez-vous les reconnaître ?

Le Conservatoire des ressources génétiques du Centre-Ouest Atlantique (Cregene) fédère les actions menées par des associations pour sauvegarder les espèces domestiques en voie de disparition dans la région Poitou-Charentes au sens large (Vendée comprise).

Il possède un cheptel très disparate et dispersé de bovins, caprins, équidés, gallinacés, anatidés… Et vous, connaissez-vous ces races emblématiques de notre territoire qui, menacées, ont failli disparaître ? 

  • Le baudet du Poitou

C’est la vedette du troupeau du Cregene, avec sa coiffure rasta et son succès auprès des touristes. Le baudet du Poitou revient de loin. En 1977, année de la prise de conscience de sa quasi-disparition, il ne restait plus que 44 femelles reproductrices. Il a fallu entamer un long programme d’absorption continue à partir d’accouplements avec des espèces voisines. Nous en sommes à la génération 7 et on peut estimer qu’on a retrouvé la race pure. On compte aujourd’hui 500 femelles.

  • La poule de Marans

Autre vedette du cheptel, grâce à son œuf extra-roux dont James Bond, selon Ian Fleming, se délectait à chaque petit-déjeuner, tout comme Yvonne de Gaulle. Célèbre aussi grâce à son Marans Club, le “must” des associations de sauvegarde, la poule de Marans compte aujourd’hui environ 15 000 individus, dont 500 dans son berceau de race, notre région.

  • Le trait poitevin mulassier

Croisée avec le baudet, la jument produit une mule de grande qualité. Mais le trait poitevin a failli disparaître dans les années 80 après que la mécanisation a remplacé la traction animale. Il y aurait aujourd’hui entre 350 et 400 femelles.

  • La chèvre poitevine

La fièvre aphteuse a bien failli avoir raison de la race entre les deux guerres. Les troupeaux ont été décimés. Repartie avec moins de 200 têtes, l’association de sauvegarde a réussi son pari : on compte aujourd’hui 3 800 femelles.

  • La vache maraîchine

Son sauvetage est parti de trois passionnés qui ont créé une association en 1988 alors qu’il ne restait plus qu’une trentaine d’animaux de type maraîchin. Robuste aux conditions météorologiques, polyvalente en raison de sa puissance de traction et ses bonnes aptitudes laitières et bouchères, c’est la vache d’élevage idéale. On compte aujourd’hui 1 750 animaux reproducteurs.

  • La mule poitevine

Fruit du croisement de la jument poitevine mulassière et du baudet du Poitou, la mule poitevine est un animal incomparable dont la réputation a largement dépassé les frontières de l’Hexagone. Comme la majorité des hybrides interspécifiques, la mule et le mulet sont stériles.

  • L’oie grise du Marais poitevin

Très proche de l’oie sauvage, elle montre une grande rusticité. Elle a failli disparaître et c’est le Parc du Marais poitevin qui a monté un programme de sauvegarde à partir de 1993. Les effectifs ont commencé à remonter en 2009. On compte aujourd’hui 249 oies grises.

  • L’oie blanche du Poitou

Ses plumes et son duvet étaient très recherchés. Puis ne l’ont plus été. De 300 000 individus en 1940, sa population est tombée à quelques dizaines. Les oies blanches sont aujourd’hui 121 réparties dans une dizaine d’élevages. On leur prête le talent d’entretenir les fossés inaccessibles aux engins motorisés.

  • Le lapin chèvre

Vraisemblablement originaire des deux Charentes et présent dans le Libournais, le lapin chèvre n’est reconnu comme race officielle que depuis 2004. Il vient tout récemment d’intégrer le Cregene.

  • Les poules Pictaves et Barbezieux

La poule Pictave et la poule de Barbezieux pourraient elles aussi intégrer le Cregene très bientôt. La Pictave est la seule race naine française d’origine poitevine alors que la Barbezieux (spécimen de coq sur notre photo) est une géante par rapport à elle.

 

L'article en question : Thomas Brosset, "Menacés, ces animaux ont failli disparaître", La Nouvelle République, 4 février 2015, disponible à l'adresse : https://www.sudouest.fr/2015/02/04/poitou-charentes-menaces-ces-animaux-ont-failli-disparaitre-1820303-882.php

 

ASOP Association pour la Sauvegarde des Oies Poitevines

Le 16 août 2014 à 19:22

Il faut sauver l'oie blanche du Poitou - France 3

Par C.H  

Son plumage abondant faisait d'elle l'oie préférée des fabricants d'édredons. Mais les raisons de son succès ont aussi causé sa perte car aujourd'hui bien peu d'édredons ou d'oreillers sont rembourrés avec les plumes de ces fameuses oies qui ont, elles aussi, peu à peu disparues.
Alors qu'en 1940, 300 000 oies étaient élevées, on ne compte plus en 2014 que 140 individus qui ont survécu grâce à quelques passionnés.
Pour relancer l'espèce et promouvoir son élevage, d'autres débouchés sont envisagés comme la vente de la viande pour la consommation.

Plus d'informations avec le reportage d'Anne-Marie Baillargé et Jean-Maurice Stéphane :

L'article en question : France 3 région nouvelle Aquitaine, Il faut sauver l'oie blanche du Poitou, 16 août 2014, disponible à l'adresse : https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/2014/08/16/il-faut-sauver-l-oie-blanche-du-poitou-533348.html

 

ASOP Association pour la Sauvegarde des Oies Poitevines